Vous êtes ici : Accueil > Prix Aguirre-Basualdo en Droit et Sciences politiques
  • Prix Aguirre-Basualdo en Droit et Sciences politiques

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
  • L’un des doctorants du Laboratoire Théories du Politique (Labtop) de l’université Paris 8, actuellement post-doctorant au CRESPPA,
    Samuel Hayat vient de recevoir le prix Aguirre-Basualdo en Droit et
    Sciences politiques de la Chancellerie des Universités de Paris pour sa
    thèse sur "’Au nom du peuple français’, la représentation politique en
    question autour de la révolution de 1848" (soutenue le 7 décembre 2011).

     

    Résumé de la thèse de Samuel Hayat :

     

    « Au nom du peuple français », la représentation politique en question autour de la révolution de 1848.

     

    Thèse pour le doctorat de science politique, Université
    Paris 8, sous la direction de Bertrand Guillarme - 702 p. + 186 p.
    d’annexes.

    Thèse soutenue le 7 décembre 2011 devant un jury composé
    de : Yves Déloye (rapporteur), Bertrand Guillarme (directeur de thèse),
    Bernard Manin, Frédérique Matonti (rapporteuse), Michèle Riot-Sarcey,
    Yves Sintomer (président du jury). Mention : Très honorable avec les
    félicitations du jury (à l’unanimité).

     

    Sous la Restauration, le mouvement libéral invente une
    forme politique nouvelle, le gouvernement représentatif. Après la
    révolution de 1830, sous la monarchie de Juillet, sa mise en œuvre fait
    naître parmi les mouvements ouvrier et républicain en construction des
    usages inclusifs de la représentation politique, visant l’émancipation
    des représentés par l’association, en opposition avec ceux du
    gouvernement représentatif, qui reposent sur l’usage exclusif de la
    représentation comme moyen de gouvernement. La révolution de février
    1848 ouvre une période où coexistent plusieurs institutions de
    représentation du peuple : le Gouvernement provisoire, la Garde
    nationale, le mouvement clubiste et la Commission de gouvernement pour
    les travailleurs. S’appuyant sur les usages ouvriers et républicains de
    la représentation, la réalisation de leur mandat suppose la
    participation des représentés. Ce système est mis à l’épreuve au cours
    des journées du 17 mars, du 16 avril et du 15 mai ; chaque fois, la
    question de la représentation politique est au centre des affrontements
    sur l’interprétation de ces événements. Les antagonismes qui se révèlent
    alors aboutissent à la constitution progressive de deux conceptions de
    la République, la République modérée et la République démocratique et
    sociale, fondées sur des usages distincts de la représentation
    politique. Elles s’affrontent au cours de l’insurrection de juin 1848,
    et la victoire des modérés condamne la République démocratique et
    sociale à l’oubli. Cette expérience n’est néanmoins pas perdue : après
    juin 1848, elle est théorisée par Pierre-Joseph Proudhon, pour devenir
    un des fondements du socialisme démocratique contemporain.

    • Agrandir le texte
    • Restaurer la taille normale
    • Réduire la taille du texte
    • retour en haut de la page